Livres,  Mon jardin (pas si) secret...

Avis critique (et plus si affinités) – C’est l’infirmière

Coucou les petits chats, aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de deux livres, d’une personne et d’un monde professionnel.

Et oui, tout ça dans un même article. Pas de temps à perdre aujourd’hui, on y va direct !


Au départ, un compte Instagram

J’ai découvert Charline et son compte C’est l’infirmière grâce à ma meilleure amie qui la suivait déjà sur Instagram.

Ses publications parlent de son métier et son quotidien auprès de ses patients, des actualités du monde médical mais aussi de la vie de famille et de la vie à la campagne. 

Un joli melting pot que j’étais ravie de découvrir. Allez savoir pourquoi, le milieu médical est un milieu qui me fascine et sur lequel j’adore lire des histoires et anecdotes.

[En réalité, je sais très bien pourquoi et si vous suivez régulièrement mes articles, vous le savez aussi. Si ce n’est pas le cas, rassurez-vous, j’en parle dans le dernier paragraphe de cet article. Houu suspens !]

Au travers de ses publications, j’ai compris qu’elle avait déjà écrit un livre sur son quotidien d’infirmière libérale et qu’un deuxième (illustré par l’homme étoilé, un autre infirmier que je suis sur Instagram) allait bientôt sortir.

Je me suis donc promis d’acheter les deux une fois le second sorti.


Puis deux livres

Et c’est ce que j’ai fais. Officiellement, je l’ai ai offert à mon chéri, étudiant infirmier, mais bien sûr, je les ai dévorés aussi.

Aujourd’hui c’est chose faite et me voilà donc ici pour vous en parler.

Le premier s’appelle Bonjour, c’est l’infirmière et Charline y présente le métier d’infirmière libérale au rythme de ses tournées. Elle raconte ses patients avec respect et pudeur. Elle évoque les difficultés du métier. Le rythme pas toujours facile, la paperasse qui fait faire des crises de nerfs, les aberrations économiques (liées aux paiements des soins qu’elle effectue), etc.
J’ai trouvé ce premier livre très beau du point de vue de la rencontre avec les patients mais aussi très déprimant quant aux conditions de travail d’un(e) infirmier(e) libéral(e).
Mon chéri qui l’a lu aussi (et qui se pose la question de se tourner vers le libéral un jour) partage aussi cet avis.
La paperasse et les galères que rencontre Charline pour se faire payer CORRECTEMENT les soins qu’elle effectue sont plutôt démoralisants.
Je pense tout de même qu’il faut parvenir à aller au-delà de ce côté-là car la réalité que décrit Charline est également belle et poétique. Tous ces moments où elle entre chez ses patients, dans leur sphère personnelle voire intime, sont décrits avec un profond respect et une telle douceur que ça en devient très beau.
A la fin de ce premier livre, elle accueille une stagiaire auprès d’elle et la dernière phrase laisse penser qu’il existe une suite. 

Et c’est en effet le cas puisqu’un deuxième livre est sorti il y à peine quelques mois.
Dans ce second opus nommé On ne naît pas infirmière, Charline nous partage les réflexions et questions de sa stagiaire qui la renvoient à ses propres études et stages alors qu’elle était encore à l’IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers).
J’ai préféré ce roman-là que je trouve beaucoup plus positif et plein d’espoir. 
Plusieurs chapitres m’ont fait verser quelques larmes et tous m’ont mis du baume au cœur. 
Parce qu’au-delà des difficultés, elle y met en avant la beauté de ce métier. Elle fait comprendre, toujours avec poésie et douceur, que c’est un métier profondément humain. 
Je ne parviens pas à vous expliquer clairement pourquoi ce deuxième livre m’a autant touchée et émue mais ça été le cas. Je l’ai trouvé magnifique et apaisant, rassurant, sans parvenir à expliquer mieux pourquoi.

Si le milieu médical vous intéresse ou que vous êtes curieux de découvrir de nouveaux sujets et histoires, je vous conseille donc fortement de découvrir Charline, son univers et ses deux livres qui sont d’une beauté, d’une douceur et d’une humanité folle. [Je sais que je me répète mais c’est la vérité pure, je ne pas les décrire mieux que ça].


Deux mondes qui se ressemblent

Comme vous avez pu le lire jusqu’à présent, le monde médical me fascine. Sûrement parce que j’ai adoré Dr House. Je plaisante (à moitié).

Je crois que si je n’avais pas eu la sensibilité exacerbée que j’ai, si j’avais été plus forte psychologiquement, j’aurai adoré travaillé dans ce domaine professionnel. Aider les gens, les soigner et parfois même les guérir, est une activité très admirable pour moi. 

Le destin fait bien les choses puisque l’homme avec qui je partage ma vie se destine au (dur) métier d’infirmier. [Je vous invite d’ailleurs à aller lire mon article sur le sujet].
Ce monde qui me fascine tant n’est donc pas si loin de moi puisqu’il me parle souvent de ses études, ses stages, ses expériences, ses rencontres, etc.

Au grès de nos discussions, nous nous rendons souvent compte que nos deux métiers (infirmier et auxiliaire petite enfance) sont liés. 
Parce qu’il s’agit d’être en contact avec des humains. De les accueillir, les écouter, les rassurer. Parce que nous sommes appelés à prendre soin d’eux en respectant leurs rythmes de vie, leur individualité, leurs besoins, leurs envies, leurs peurs. Parce que bien souvent, la bienveillance que j’exerce auprès des enfants, il est également appelé à l’exercer auprès de patients (tous âges confondus).

Cette ressemblance nous permet de partager nos expériences, nos astuces et nos conseils. Elle nous permet également de nous rassurer. Parce que lorsque l’on veut fonder une famille avec une personne qui se destine à un métier aussi dur que celui d’infirmier, on peut vite être inquiet et flippé. [Surtout après la lecture du premier livre de Charline… :p]. C’était mon cas en tout cas. Le fait de se retrouver dans un environnement professionnel parfois similaire permet de comprendre l’autre. Sa passion, ses envies, ses difficultés et donc de s’entraider et de se rassurer. 

C’est aussi pour ça que j’aime suivre des personnes du milieu médical sur les réseaux sociaux. Cela me permet de mieux comprendre mon homme et de mieux accepter sa situation. Cela m’apprend à mieux le soutenir et l’encourager et donc à être moins inquiète pour notre avenir et nos projets. 

C’est un tout qui nous permet à tous les deux d’être solidaires et confiants pour la suite de nos aventures. Et ça c’est drôlement chouette.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :