Ciné-Séries,  Film

Avis critique – Glass

Coucou les petits chats ! 

Nouvel avis critique (avec spoilers) aujourd’hui et on va parler de Glass, la suite du très réussi Split par Night Shyamalan.

Je vous préviens tout de suite, cet article ne sera pas très long puisque je n’ai pas grand chose à dire sur cet opus, je vous explique tout de suite pourquoi.

Avant-propos : quand je parle du personnage de  » Kevin  » je parle en réalité des multiples personnalités qui l’habitent. 


Split, ou l’histoire d’un coup de foudre !

Cinématographique le coup de foudre bien sûr ! 

En 2016, subjuguée par la bande-annonce de ce film, j’avais foncé en salle pour voir si le réalisateur tenait ses promesses et j’avais adoré. L’acteur principal (James McAvoy) fournit une prestation éblouissante, interprétant à merveilles les différentes personnalités qu’il représente. 

J’avais beaucoup aimé également la performance de Anya Taylor-Joy que j’ai trouvé très expressive et très pure dans sa façon de jouer.

Et d’une manière globale, j’ai trouvé que les acteurs dans leur ensemble étaient d’une beauté plutôt époustouflante. Au-delà de leurs performances déjà incroyables, je trouve que le réalisateur arrive vraiment à les rendre beaux. 

Split m’avait donc convaincue. Surtout que je n’avais pas la référence pour comprendre le sens de la fin lorsque l’on voit apparaître le personnage de Bruce Willis. Jusqu’à ce qu’on explique, je restai sur l’explication suivante : le personnage de Kevin, de part la violence subie dans son enfance, avait développé une multitude de personnalités dont une très impressionnante : la bête. 

Et puis on m’a expliqué la fin, le rapport avec le film Incassable et le potentiel de super-héros. J’avoue que cette explication m’a un peu déçue. Sans que je ne sache trop pourquoi, l’idée d’un nouvel univers de super-héros ne m’enchantait pas trop.

Donc quand Glass est sorti en Janvier 2019, j’étais un peu partagée entre la joie de retrouver les personnages de Kevin et Casey et la peur que le coté  » super-héros  » ne gâche tout.


Glass, la suite du coup de foudre ?

Non. Clairement pas. Je suis ressortie assez déçue de la séance. 

Ce n’est pas la faute des acteurs qui livrent tous des prestations convaincantes mais la façon dont tout se termine.

[ATTENTION : SPOILERS]

Dans cet opus, on retrouve donc le personnage de Kevin ainsi que Mister Glass et David Dunn. Les trois hommes vont être amenés à se rencontrer dans une sorte de prison-hôpital psychiatrique. On découvre ainsi Dr Ellie Staple a qui on a donné trois jours pour convaincre nos  » amis  » qu’ils ne sont pas des sur-hommes mais simplement des individus avec de graves lésions au cerveau. 

Le film est donc à l’image des deux opus précédents avec un rythme assez lent qui s’accélère légèrement lors de l’affrontement des personnages.


Qu’est-ce qui ne va pas alors ?

Pour la faire courte, le Dr Ellie Staple essaye de les convaincre qu’ils se trompent sur leur nature et le trio essayent de la convaincre qu’ils sont les nouveaux super héros. 

Le spectateur est donc tiraillé entre les deux possibilités, cédant tantôt aux arguments de l’une tantôt aux arguments des trois autres. 

D’autant plus qu’on retrouve également  les trois personnages  » secondaires  » si on peut les appeler comme ça : le fils de David Dunn, la mère de Mr Glass et Casey, tous trois étant persuadés des capacités des héros. 

Et ce qui ne fonctionne pas, du moins de mon point de vue, c’est la fin.

Elijah Price, alias Mr Glass a un plan précis en tête faire en sorte que David Dunn affronte  La Bête devant des milliers de téléspectateurs et ce pour convaincre le monde de leurs capacités particulières. 

Et son plan échoue. Au terme d’un affrontement entre les deux, on apprend que c’est lui qui a créé ces deux individus hors du commun et qu’il est à l’origine de la détresse psychologique de Kevin (et donc de l’apparition de ses 24 personnalités). Cette révélation rend La Bête folle de rage et l’affrontement reprend de plus belle jusqu’à la mort des trois hommes (Mr Glass, Kevin et David Dunn). 

Mr Glass n’a pas son affrontement final comme dans tous les films de super-héros. Et apparemment, ils ne sont même pas des super-héros.

Et l’histoire aurait pu s’arrêter là. J’aurai tellement aimé qu’elle s’arrête là et que le Dr Staple ait raison. 

Car cette scène où les trois hommes meurt, chacun à l’opposé des autres et en compagnie d’une personne qui leur est chère, je trouvais ça touchant et beau. 

Que l’explication finale de leurs particularités soit vraiment due aux événements traumatisants qu’ils ont vécus, je trouvais ça puissant comme fin. 

Mais le réalisateur en a décidé autrement. 

Lorsqu’ils rendent leur dernier souffle, on apprend que le Dr Staple fait parti d’un groupe qui s’occupe de  » gérer  » les super-héros comme eux.

[J’avoue que je n’ai pas vraiment compris cette partie de l’explication finale alors si certains d’entre vous l’ont vue et on comprise, venez m’éclairer dans les commentaires, je vous en serai grandement reconnaissante !]

Et donc on apprend qu’ils sont bel et bien des super-héros (plus possible de le nier maintenant… :p)

Alors que les trois personnages sont morts, laissant leurs proches dans un abîme de désespoir, on s’aperçoit que Mr Glass est vraiment très intelligent et que son plan a fonctionné, ce n’était juste pas celui qu’on croyait. 

Par un formidable coup de génie, il a filmé tous les événements prouvant la capacité hors-norme des deux autres et il l’a envoyé à sa mère, au fils de David Dunn et à Casey. Les trois vont alors se charger de faire fuiter la vidéo pour que le monde entier soir au courant de la réalité. 

Et voilà.

Ça se termine comme ça.

Point.


Donc bof alors ?

Oui, franchement bof.

Certes, les acteurs sont encore une fois excellents.

Certes, James McAvoy interprête encore plus de personnalités que dans Split.

Certes les lumières et les musiques sont super.

Mais tout comme pour Split, la fin m’a déçue.

Peut-être parce que je ne suis pas archi-fan des films de super-héros ou tout simplement parce que j’ai l’impression que tout a déjà été fait dans ce domaine-là. 

Je ne sais pas si une suite est prévue mais la fin de cet opus laisse fortement entendre qu’on pourra retrouver cet univers. Tout comme le film en entier en fait dont le rythme est assez propice à l’introduction d’un nouveau monde de super-héros alors on verra bien ce que ça donne.

Si vous avez adoré Incassable et Split et que l’idée de nouveaux-supers héros vous enchante, n’hésitez pas à aller voir Glass.

Dans le cas contraire, je vous laisse découvrir la bande-annonce et décider par vous même si ça vaut le coup. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :