Affiche de la série " Nous, la Vague "
Ciné-Séries,  Film,  Série

Avis critique – Nous, la Vague

Coucou les petits chats ! Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de la nouvelle série Netflix intitulée Nous, la Vague que j’ai binge-watchée avec mon chéri en une journée seulement.


Un ensemble d’inspirations

Si le nom vous dit vaguement quelque chose, c’est normal, la série est directement inspirée du film allemand La Vague, sorti en 2008. Ce film est lui-même inspiré d’un livre, lui-même inspiré d’une expérience ayant eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1960.

Lors d’un cours sur l’Allemagne nazie, un professeur américain a mené une expérimentation avec ses élèves de première pour leur faire comprendre comment les citoyens allemands avaient laissé les nazis commettre leurs atrocités sans réagir.

Dans le film de 2008, suite à la conviction de ses élève qu’un régime autocratique ne pourrait plus voir le jour en Allemagne, un professeur d’allemand décide de mettre en place une expérience de cinq jours. Il reprend les principaux éléments qui font une dictature et se met alors un place un jeu de rôle géant intitulé La Vague. Les membres du mouvement se retrouvent autour d’un salut, d’un emblème et d’un uniforme. Devant l’enthousiasme extrême des élèves, le mouvement va prendre de plus en plus d’ampleur et échapper au contrôle du professeur.

J’aime beaucoup ce film que je trouve à la fois passionnant et effrayant et qui nous ramène encore à cette simple question : si c’était nous, quelle serait notre réaction ?

Si vous ne l’avez pas vu, je vous met ici la bande-annonce et vous encourage à aller le voir.

J’étais donc curieuse de découvrir la série qui promettait d’être intéressante.


Une vague d’éléments prometteurs…

Il s’agit plutôt d’une série pour adolescents et si l’on reste là, le résultat est assez satisfaisant.

On retrouve le besoin d’appartenance et de reconnaissance propre à cette période de la vie. Les premiers amours et les amitiés tortueuses, le conflit permanent avec les parents, bref l’essence même de l’adolescence.

Visuellement, les épisodes sont beaux. Plusieurs plans sont faits depuis les toits et d’autres sont tournés dans des bâtiments désaffectés et tagués et l’ensemble rend bien à l’écran.

Le bon jeu des acteurs, les dialogues percutants et le montage donne une première saison très rythmée et la longueur des épisodes (45min environ) permet un visionnage rapide.

Bon point également, la série est allemande et plusieurs langues sont parlées dans les épisodes. Et j’avoue, j’adore ! Comme je regarde tout en version originale, je trouve ça vraiment sympathique de pouvoir entendre d’autres langues que l’anglais dans les séries. [C’est pour ça aussi que j’aime regarde La casa de papel, ça change un peu]. 

De bons éléments donc mais hélas, ça ne fait pas tout.


…mais une vague trop ambitieuse

Ambitieuse car vu le niveau de réussite du film, il me paraissait très dur d’arriver à faire mieux. 

Et en effet, la série n’arrive malheureusement pas à la cheville du film.

Dans une série, la crédibilité des personnages est très importante. C’est eux qui vont porter l’histoire tout au long des épisodes. C’est à eux que le spectateur doit s’attacher pour avoir envie de découvrir la suite de leurs aventures.
Ici, les personnages sont tellement stéréotypés (la fille de bonne famille qui veut soudainement changer le monde, l’arabe dont la famille est en galère, le beau gosse rebelle et délinquant, le gros qui plaît pas aux filles et qui suit le beau gosse, la fille un peu barrée qui finit par partir en vrille, etc) que toute la structure de la série est fragilisée. Personnellement, ils m’ont plus agacée qu’autre chose. J’ai arrêté de compter les moments où j’ai eu envie de les secouer et de leur mettre des baffes (virtuellement bien sûr).

En tout logique, la série reprend les éléments principaux du film (le leader charismatique, l’enthousiasme débordant d’un personnage, la perte de contrôle) en y ajoutant sa patte mais cela ne suffit pas à rattraper le coup à mes yeux.

Même le message paraît fade. « Il faut être écolo, tolérant, se battre pour ses valeurs, reprendre le pouvoir gnia gnia gnia… » [Non pas qu’il soit erroné mais disons qu’il est tellement mal amené et porté par le reste qu’il en devient creux.]

Un gros point noir et un bilan mitigé

ET PUIS LA MUSIQUE PUNAISE ! Au lieu de créer une musique originale, qui permettrait de distinguer la série, ces idiots ont repris celle de Stranger Things, l’ont un peu changé et boum, voilà, c’est bon ! Mais on n’est pas dupe les gars, on vous voit ré-utiliser la même musique pour deux séries (complètement) différentes ! 

C’est un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase. S’ils avaient repris une musique qui apparaît qu’une ou deux fois dans l’autre série, ça aurait pu passer mais là…c’est la musique du générique ! L’essence de Stranger Things et eux ils la collent pépère sur Nous, la Vague. Du coup ça casse tout. 

Un bilan vraiment mitigé donc. La série reste agréable à regarder mais attendez-vous à ressentir des montées d’agacement à certains moments.

Je lui laisserai tout de même une seconde chance car certains éléments aperçus dans le dernier épisode de cette saison 1 peuvent être intéressants s’ils sont bien traités. J’espère en tout cas qu’ils le seront et que la série parviendra à s’éloigner progressivement du film pour développer ses propres caractéristiques et gagner ainsi en originalité.

Affaire à suivre donc, en attendant, je vous laisse découvrir la bande-annonce juste .

Dites-moi en commentaires si vous avez regardé cette série et ce que vous en avez pensé. J’attend également vos commentaire sur le film 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :