L'équipe du film au festival de Cannes 2018
Ciné-Séries,  Film

Avis critique (sans spoilers) : BlacKkKlansman de Spike Lee

Aujourd’hui, laissez-moi vous parler, avec beaucoup d’entrain, de BlacKkKlansman, film de Spike Lee sorti le 22 Août 2018 et que j’ai vu récemment au cinéma.

 

Avant tout chose…

Je ne suis pas du tout une connaisseuse de Spike Lee et de son œuvre. À vrai dire je n’ai vu encore aucun de ses films. Je suis donc allée à la projection un peu en touriste et je me suis renseignée après. J’ai ainsi appris que Spike Lee était un cinéaste aux prises de position bien tranchées (notamment sur les questions concernant la communauté afro-américaine). Il faut d’ailleurs que je regarde Malcolm X, un de ses films les plus célèbres et qui apparemment, a fait polémique à l’époque de sa sortie.

Vous l’aurez compris, je ne suis pas venue vous parler en détail du réalisateur et de son travail en général mais juste du film en lui-même.

 

L’histoire en elle-même :

Ce film nous plonge donc dans les années 1970 lorsque Ron Stallworth (interprété par John David Washington) devient le premier officier noir américain du Colorado Springs Police Department. Il débute aux archives mais cela ne lui convient pas, il veut être directement sur le terrain. Très vite il va obtenir une première, petite, mission d’infiltration. Après cela, il force un peu le destin en contactant le Ku Klux Klan et amorçant ainsi une mission d’infiltration au sein du Klan. Pour mener à bien sa mission, Ron Stallworth sélectionne un officier blanc, Flip Zimmermann (interprété par Adam Driver) pour aller aux rencontres et évènement du Klan tandis que lui s’occupera des échanges téléphoniques.

Ne voulant pas vous spoiler le reste de l’histoire, je vous laisse donc découvrir le reste avec vos yeux innocents et vierges de tout jugement

 

Ce que j’ai pense de BlacKkKlansman :

Il y a plusieurs aspects de ce film qui m’ont vraiment marquée. Tout dans la construction du film nous implique un peu plus dans l’histoire. Que ce soit la musique – parfaitement adapté à l’émotion et la réaction qu’elle doit susciter – ou bien le jeu des acteurs, mesuré au millimètre près. Le duo entre John David Washington et Adam Driver (Kylo Ren dans la nouvelle trilogie Star Wars) fonctionne également très bien. Chacun laissant l’autre prendre toute la place nécessaire à son personnage et ce au moment opportun.

Ensuite, il y a le rythme. Le film dure deux heures et seize minutes. Ce qui peut paraître assez long pour une histoire au rythme lent comme c’est le cas ici. Mais en même temps, c’est en cohérence avec tout le reste. Dont l’enquête et la mission d’infiltration mené par Ron Stallworth. Le film est long car l’enquête est longue (neuf mois en tout). Sans rentrer dans les détails, cette longueur rend la fin encore plus percutante et frustrante je trouve, au regard de l’investigation qui a été menée.

Et puis bien sûr, il y a l’humour. Blakkklansman est un film, si l’on en croit la bande-annonce, drôle. Pourtant, malgré les notes d’humour régulière, il y a quelque chose de plus profond que la simple volonté de faire rire. L’histoire de Ron Stallworth n’est pas anodine, c’est une histoire vraie qui traite d’un sujet important : la discrimination dont est victime la communauté afro-américaine aux États-Unis. Et j’ai trouvé que l’usage de l’humour était vraiment pertinent pour traiter de cette question. Le côté comique est présent dès le début du film, par bribes, puis il s’atténue peu à peu. Au fur et à mesure, l’usage de l’humour change et il finit par être utilisé pour mettre en relief le côté tragique de certaines choses.

 

La cerise sur le gâteau :

Je pense que le vrai coup de maître de Spike Lee, c’est la fin du film. Je ne vous la raconterai pas, pour ne pas gâcher l’effet qu’elle procure mais je pense qu’il s’agit de la vraie perle de ce film. Parce qu’à la fin, on n’a plus envie de rire, vraiment plus. Et personnellement, ça m’a même fait pleurer. Parce qu’elle est là la prise de position de Spike Lee, dans cette fin dénuée de tout artifice.

En conclusion, je ne peux que vous recommander d’aller voir ce film. Courrez-le voir même. C’est un beau bijou du cinéma. Son message est clair et limpide, Spike Lee n’a pas cherché à rajouter des artifices de partout et ça fonctionne très bien. On sort bouleversé de la séance, presque ahuri de se retrouver dehors comme ça après deux heures et seize minutes d’un dur rappel à la réalité.

Encore une fois, il s’agit d’un article sans spoilers mais je serai ravie d’échanger encore plus avec vous sur ce film dans les commentaires. Dites-moi si vous l’avez vu, si vous avez vu d’autres films de ce réalisateur et ce que vous en pensez, j’ai hâte de lire vos avis !

La bande-annonce du film 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :