Affiche du film
Ciné-Séries,  Série

Avis critique – Sex education

Coucou les petits chats. Mercredi, jour de série comme on dit. [Ah non, on dit pas ça ?]

Après Nous, la Vague, voici une nouvelle pépite que j’ai dévorée en une journée seulement, j’ai nommé : Sex Education. Une série pour ado très clichée mais qui fait marrer. [Et en plus, je fais des rimes, si ça c’est pas la bloggeuse parfaite !]


Un poil d’originalité…

Otis, jeune lycée (toujours puceau, et oui, croyez-moi, c’est un élément qu a son importance) dont la mère est sexologue va être entraîné par Maeve dans la création d’une cabinet de thérapies sexuelles au sein de son lycée. Le but est simple : gagner de l’argent.

Sex education nous promet une histoire originale aux multiples rebondissements. Au travers des différentes thérapies abordées par Otis, le sexe et les relations adolescentes sont passées à la loupe. On parle de consentement, de harcèlement, de la liberté à pouvoir disposer de son corps, d’homophobie et d’orientation sexuelle…bref un joli panel pour une féministe comme moi.

C’est intéressant d’aborder le sexe par ce biais-là. Il s’agit d’une approche plus décomplexée et moins brute de décoffrage comme l’on retrouve parfois dans certaines séries.

Et il faut avouer que l’idée d’un lycéen conseillant ses pairs sur leur sexualité alors que lui-même n’a aucune expérience, ça c’est de l’originalité !


…pour beaucoup de clichés

Ne nous voilons pas la face, la série reste tout de même assez clichée. Et ça commence par les personnages. L’adolescent timide et qui reste dans son coin, la fille rebelle et à la réputation sulfureuse, le sportif, l’homosexuel excentrique, le groupe des garces… Les traditionnels lycéens à l’américaine quoi ! [Sauf que la série est britannique aha. Bref]

Les situations rencontrées par Otis sont elles aussi vues et revues. Une fille qui débarque entre son meilleur ami et lui et met leur amitié en péril, son amour pour celle qui sort avec un autre, sa mère trop envahissante…
Pareil pour les autres personnages. On retrouve le gay refoulé cherchant l’attention et la fierté de son père, la fille obsédée par sa virginité, etc.

Même les dialogues sont clichés.


Un résultat distrayant

Malgré tout, l’ensemble reste marrant et permet de passer un bon moment. On est sur une comédie donc la série n’a pas l’ambition de faire réfléchir au-delà du raisonnable. L’objectif est, je suppose, de faire rire tout en abordant quelques points essentiels (le consentement par exemple). 

Et ça fonctionne bien au final. Je n’irai pas la visionner des millions de fois comme l’on peut faire avec certaines autres séries vraiment bien faites mais j’ai pris plaisir à regarder cette première saison et j’en ferai de même avec la suivante. 

Je me suis attachée aux personnages, leur histoire m’a touchée et je suivrai volontiers leurs prochaines aventures.

Alors si je vous ai convaincus, venez découvrir la bande-annonce ici.


En attendant, je vous invite à me dire dans les commentaires si vous la connaissez et ce que vous en pensez.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :