Actualités,  Petite enfance

Bon Covid-19 !

Coucou les petits chats ! C’est fou la vie parfois, il y a une semaine, je vous présentais mes excuses pour ne pas avoir eu le temps de vous écrire l’habituel article hebdomadaire. Il y a quelques jours, je m’arrachai les cheveux de ne pas trop savoir sur quoi vous écrire. Et puis là, bim coup de chance, le Covid-19 vient mettre le bazar et mon sujet d’article est tout trouvé !

[Je suis désolée, je surfe sur la vague de psychose en m’emparant de ce sujet hyper « putaclick » comme on dit et en plus je fais de l’humour noir. Je vais essayer de rester soft promis.]


Des mesures radicales…et aucune consigne claire

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que je travaille en crèche. Dans une micro-crèche précisément. Jeudi soir, le président a annoncé la fermeture des écoles/collèges/lycées et des crèches. Ma cheffe l’a appris en direct à la télé, en même temps que les parents, que les employées, bref que tout le monde.

Le lendemain, c’était branle-bas de combat : désinfection de toute la crèche, arrêt des frigos et congélos, dialogue avec les parents, appels aux autorités compétentes (Agence Régionale de Santé et PMI)  pour avoir des informations, bref, on s’est préparées à la fermeture. Youpitralala, nous voilà en vacances pour une durée indéterminée.  [Non. Nous voilà surtout dans de beaux draps, financièrement parlant. Et je vous parle pas des parents…] 

Le soir même, un ministre, je ne sais plus lequel, annonce que les micro-crèches peuvent rester ouvertes finalement. Allons bon. Pour l’instant, la structure reste fermée quelques jours, le temps d’obtenir des instructions claires. Espérons qu’on finisse par les avoir. 


[Mise à jour de dernière minute avant publication de l’article : la situation est prise au cas-par-cas et notre structure ferme jusqu’à nouvel ordre. Je suis donc consignée à la maison pour une durée inconnue.]


Hier soir, le premier ministre prononce la fermeture des « commerces et lieux accueillants du public non-indispensables à la vie de tous les jours » jusqu’à nouvel ordre. [On parle aussi d’une durée allant jusqu’au 15 Avril.] Sauf les bureaux de tabac… LoL ! [Bon on me dit dans l’oreillette que c’est parce qu’ils vendent des journaux donc de l’actualité mais quand même…]

Bref, une fois de plus, une nouvelle annonce et très peu d’informations au final.


La quarantaine en approche

Et non, je ne parle de l’âge. [J’aime l’humour nul!]

Il semblerait que le pays avance doucement mais sûrement vers une sacrée mise en quarantaine. Le gouvernement avait assuré que nous n’irions pas vers un arrêt total du pays mais peut-être que nous ne pourrons pas y échapper.

Tout comme vous, je n’ai pas énormément d’informations sur le sujet, je me contente de lire les dernières nouvelles sur Le Monde

Dans mon entourage proche, j’ai au moins trois personnes qui sont considérées comme « fragiles » par rapport au Covid-19 alors clairement, je ne vais pas prendre ce virus à la légère. Je suppose que le meilleur moyen de lutter est de respecter scrupuleusement les consignes d’hygiène et de sécurité : bien se laver les mains, respecter les distances de sécurité, éviter de rendre visite aux personnes fragiles, éviter tout déplacement non-nécessaire, etc. Je suis d’accord, c’est contraignant mais comme le dit bien Hugo Travers (de la chaîne Youtube Hugo Décrypte, qui parle d’actualités économiques, sociales et politiques) :


« Ceux qui sortent en bars/boites, continuent à faire la bise/serrer des mains, arrêtez avec votre on va pas s’empêcher de vivre!   C’est pas un attentat mais un virus, il s’en tape complet de votre leçon de courage, il continuera juste de se propager alors que chaque jour compte. »



A l’échelle planétaire, nous traversons actuellement une crise sanitaire dont la gravité m’échappe peut-être. La seule chose dont je suis sure c’est que le nombre de personnes contaminées (et de décès) augmente toujours plus. Alors évitons de jouer aux plus cons et de prendre des risques inutiles. Respectons les mesures d’hygiène et de sécurité. Parce que si pour vous, le virus ne sera peut-être qu’une petite grippe, pour beaucoup d’autres, ce sera plus graves. Envoyons toutes nos meilleures pensées aux malades. Envoyons toutes nos ondes de courage aux soignants qui se démènent, encore plus que d’habitude pour sauver des vies. Eux qui sont en première ligne et nous conjurent de respecter toutes ces recommandations officielles parce que la vague de malades c’est eux qui se la prennent dans la gueule, c’est eux qui doivent trouver des lits, toujours plus de lits pour toujours plus de malades. C’est eux qui doivent soigner jours et nuits sans compter leurs heures pour enrayer au mieux le virus. Pensons à tous ces soignants qui ne savent déjà plus s’ils arriveront à faire face. [Bordel mais sérieusement, qui ose dire que les super-héros n’existent pas quand on voit tout le dévouement et le courage dont ces gens font preuve ?! Oui désolée, je m’emballe mais le peu de reconnaissance et parfois le mépris qu’ils essuient m’indignent au plus haut point !] Bref, faisons bloc contre ce virus. Et tâchons, comme toujours, de rester positif et de ne pas sombrer dans la psychose. 

Ma situation personnelle se situe plutôt dans le flou. Pas de reprise du travail pour l’instant, aucune information sur ce qu’il va en être de nos salaires et je vous passe les détails les plus préoccupants… Mon compagnon ne va pas à l’université pour au moins deux semaines, il ne sait pas s’il sera mobilisé pour prêter main forte dans les hôpitaux, bref, c’est la merde.

Mais je pense avant-tout aux petites et moyennes entreprises obligées de fermer pour une durée indéterminée, les poussant obligatoirement vers des difficultés financières. Je pense aux parents, obligés de prendre des congés et arrêts maladies pour garder leurs enfants et donc allant aussi aux devants de difficultés financières. Je pense aux personnes fragiles, à leurs proches qui sont dans l’inquiétude. Je pense globalement à toutes les personnes qui sont dans l’inquiétude devant cette situation inédite. Je pense aux clairvoyants qui songent déjà aux difficultés sociales et économiques auxquelles le pays devra faire face suite à cette crise. Je pense aux soignants qui sont en première ligne. Bref, je me dis que ma situation est loin d’être la pire. Alors je relativise et je me dis que ça sert à rien de râler, s’angoisser et ruminer dans le vide. Respectons les mesures de sécurité et d’hygiène et attendons. Parce que de toute façon, on peut pas faire grande chose de plus. 


Courage à vous les petits chats !

Si vous êtes contaminés, malades ou que vous connaissez quelqu’un dans cette situation, courage à vous !

Si vous êtes confinés chez vous dans l’obligation de télé-travailler, courage à vous ! 

Si vous n’avez pas de solution de garde pour vos enfants parce que vous devez travailler, courage à vous !

Si vous êtes forcés à ne pas travailler pendant une durée indéterminée, courage à vous ! 

Si vous sentez qu’une mauvaise période va arriver, courage à vous !

Si vous êtes un soignant réquisitionné ou non, BIG UP A VOUS !

Le monde ne va probablement pas s’arrêter de tourner, il va juste être au ralenti pendant une durée indéterminée.



Voilà les petits chats, un petit article un peu moins léger que d’habitude. Je vous envoie à tous pleins d’ondes positives et bienveillantes.

Je vous retrouve mercredi pour un nouvel article. On parlera encore du Covid-19 mais de façon beaucoup plus légère et humoristique, comptez sur moi 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :