La Nin',  Mon jardin (pas si) secret...

Cure de jouvence

Coucou les petits chats ! Je sais, je suis incorrigible. Déjà 17 jours depuis le dernier article, une éternité ! 

Mais vous allez le découvrir tout de suite, j’avais une bonne raison d’être absente.

D’ailleurs, l’autre titre de cet article pourrait être…

Comment j’ai arrêté Instagram du jour au lendemain

[Oui, je sais, ça fait vraiment titre accrocheur de la presse à scandales hihi].


Au début, il y avait…Facebook 

Ma présence sur les réseaux sociaux avait débuté avec Facebook à l’époque du lycée. A ce moment-là, comme la plupart de mes camarades (pas tous, certes, mais une bonne partie quand même), j’affichais beaucoup (trop) ma vie en ligne.

Peu à peu, j’ai pris du recul, nettoyé mon profil et même envisagé de la supprimer. Je n’ai renoncé que pour le côté pratique de messenger, l’application de messagerie de Facebook. Néanmoins, je suis beaucoup plus prudente aujourd’hui et je ne publie plus sans y réfléchir à deux fois.


…et puis ensuite Instagram est arrivé

Il y a un peu moins d’un an, quand j’ai décidé de partager mes photos et de créer ce blog, j’ai pensé que Instagram serait un bon moyen d’en faire la promotion.

J’étais tellement excitée à l’idée de me lancer pour de bon , j’avais tellement envie de partager ces deux passions que sont la photographie et l’écriture, que j’ai vu Instagram comme une solution miracle.

Mais bien sûr, il n’y a pas de miracle. Comme pour tout réseau social, Instagram est régi par des codes : publier régulièrement et à certaines heures en particulier, proposer des photos correspondant à certaines normes (parfois très différentes du contenu que l’on aimerait proposer), être très actif sur le réseau en likant/commentant/discutant plusieurs heures par jour, etc, etc, etc. 

Autant être sincère, je n’arrivais pas à répondre à toutes ces exigences. J’étais souvent connectée mais n’en voyais finalement pas l’intérêt. Pour accéder aux fameux  » likes », essentiels si l’on veut que son compte soit visible, je retouchais mes photos selon les normes en vigueur mais le résultat ne me convenait pas. J’étais excitée à l’idée de publier une nouvelle photographie qui me rendait très fière puis déprimée ensuite quand je me rendais compte qu’elle ne rencontrait pas le succès escompté. 

En bref, mon utilisation était devenue malsaine est néfaste pour mon moral et ma bonne humeur.

Après une soirée et une nuit d’introspection, j’ai donc tout bonnement décidé de supprimer mes comptes.


Le bilan, quinze jours après ?

Sacrément positif ma foi !

En résumé :

  • J’ai retrouvé le plaisir de lire (dans les transports en commun, dans mes moments de pause, dans mon lit le soir…).
  • J’ai moins de complexes, moins de coups de mou et donc encore plus de bonne humeur.
  • Je me mets beaucoup moins la pression niveau artistique et ne pense plus selon le schéma « il faut que je fasse ça » mais plutôt « j’ai bien envie de retoucher deux-trois photos tiens ».
  • Je peux me concentrer sur ma formation en cours et mon avenir professionnel.
  • Le temps passé à traîner sur Instagram a vite été remplacé par : du sport, des séries ou films en amoureux, des câlins à mon chat, des amis…

Vous l’aurez compris, je respire à nouveau.


Et après ?

Pour l’instant mon objectif principal est d’améliorer le design du blog pour qu’il fasse moins « amateur » et de le lier à un portfolio pour mes photographies.

Après cela, j’explorerais peut-être d’autres sites/réseaux pour faire ma promotion.

Je ne renonce pas totalement à Instagram. J’y retournerais sûrement mais à une condition essentielle : celle de parvenir à une utilisation raisonnée et agréable. 

Et vous, les réseaux sociaux et vous c’est plutôt comédie romantique américaine ou drame français en noir et blanc ? Venez me le dire dans les commentaires ! 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :