Affiche de la série Mindhunter
Ciné-Séries,  Série

Mindhunter – pour apprendre à débusquer les psychopathes

Coucou les petits chats ! Mercredi c’est série ! Et aujourd’hui, on va parler de Mindhunter, série policière dramatique disponible sur Netflix.

J’ai découvert cette série grâce à une collègue de boulot (comme quoi, on peut travailler avec des enfants et adorer les trucs bien glauques) et j’ai aussitôt adoré cette série. 


Une plongée dans le FBI des années ’70 et ’80

Mindhunter, c’est l’histoire des origines du profilage criminel et de la naissance du terme de tueurs en série. 

Holden Ford et Bill Tench sont deux agents du FBI affectés au Behavioral Sciences Unit une des sections du Centre national d’analyse des crimes violents (NCAVC). Si au début de la série, ils parcourent simplement le pays pour former des policiers à la psychologie des criminels, leur mission va devenir de plus en plus novatrice. Leur projet est en effet de créer une méthode de profilage quasi infaillible. Aidés de Wendy Carr, universitaire en psychologie, ils établissent un protocole stricte afin de s’entretenir avec plusieurs célèbres criminels emprisonnés tels que Ed Kemper, Richard Speck, Jerry Brudos ou encore Charles Manson


Une série aussi vraie que nature

La série est directement inspirée de faits réels puisqu’elle se base sur les vraies recherches et découvertes de John E. Douglas, Robert Ressler et Ann Burgess. Les criminels que l’on retrouve dans la série ont donc réellement existé. Pour encore plus d’authenticité, les entretiens menés par Douglas et Ressler sont parfois retranscris à l’identique dans les dialogues de la série. 

Quant à la saison 2, elle se concentre majoritairement sur l’affaire des infanticides d’Atlanta, dossier criminel toujours considéré comme non-élucidé. 

La série est donc plus proche de la réalité que n’importe quelle autre puisque, d’une certaine manière, elle est la réalité. Une réalité glaçante et qui vous prend aux tripes du début à la fin. 


Une esthétique impeccable

Mindhunter parle d’affaires criminelles et de tueurs en série. Le ton est dramatique à souhait et tout est fait pour nous filer les jetons. Les musiques collent toujours bien à l’ambiance de chaque scène et les couleurs sont froides comme le cœur de tous ces meurtriers. Une fois l’épisode lancé, difficile de respirer correctement et d’avoir l’esprit distrait par autres choses tant l’ensemble est sombre et captivant. 

L’histoire se déroule dans les années ’70 à ’80 et l’on s’y croirait vraiment tant les images paraissent « vieillottes », en particulier en saison 2 lors de la marche à Atlanta. 

Vous l’aurez compris, la forme est soignée, vraiment impeccable, donnant encore plus de crédibilité au fond de l’histoire. 


Une histoire captivante

Je ne vous le cache pas, je suis une fervente amatrice des histoires policières. La criminologie et la psychologie des tueurs en série sont des domaines qui me passionnent au plus haut point. 

D’une nature plutôt très bienveillante et empathique, la noirceur que peut prendre une âme suite à des événements traumatisants (ou pas, parfois, aucune circonstance atténuante n’est présente), me fascinent.

Cette série est donc une petite pépite à mes yeux. Ce mélange de perfection esthétique et de réalité morbide m’a captivée pendant deux saisons. C’est une confession un peu particulière que je vous fais là, je l’admets volontiers, mais j’ai adoré découvrir tous ces criminels et leurs histoires. Et notamment Ed Kemper et Charles Manson qui m’ont particulièrement impressionnée. Quand on sait que les dialogues de la série sont grandement inspirés des vrais entretiens menés par les deux agents, c’est assez effrayant (mais tellement intéressant). 

Dans une autre vie, une carrière dans la criminologie aurait réellement pu me combler. Mais pour cette vie-là, je me contente de nourrir ma curiosité avec des chefs d’œuvres policiers et croyez-moi, Mindhunter fait pleinement partie de cette catégorie.


Une frustration intense

Mindhunter est à mes yeux, une indéniable réussite. Pourquoi parler de frustration alors ?

Tout simplement car pour l’instant, elle ne comporte que deux saisons et la suite n’est apparemment pas au programme. Netflix n’a en effet commandé aucune saison 3 et a même libéré les acteurs de leur contrat. Quand à David Fincher, réalisateur de cette série, il se consacre pour l’instant à d’autres projets pour Netflix. Aucune saison 3 à l’horizon pour le moment donc.

Et c’est terrible ! Déjà parce que la série est vraiment génialissime et que clairement, moi j’en redemande. Et puis il y a encore tellement de choses à explorer dans cet univers. Holden, Bill et Wendy n’en sont qu’aux prémices de leurs recherches. La saison 2 se termine alors que leurs travaux commencent tout juste à porter leurs fruits. Et l’arc narratif de Brian (le fils de Bill qui présente beaucoup de traits de caractères semblables à ceux des sociopathes étudiés par son père) est loin d’être terminé. Bien au contraire, il promet d’ajouter une dimension encore plus tragique à l’histoire de nos personnages. [Quand tu vois déjà le tableau, tu te dis que ça va très mal finir tout ça…]

Je ne peux donc qu’espérer que la saison 3 finira par voir le jour, de préférence pas dans dix ans non plus. 


En attendant, je vous recommande fortement cette série qui est l’une de mes préférées à ce jour. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous la connaissez et ce que vous en avez pensé.


Pleins de bisous à vous les petits chats, on se retrouve dimanche pour un nouvel article !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :