Petite enfance

Top 8 des parents que l’on côtoie en crèche

Coucou les petits chats ! Nous sommes dimanche et non, je ne vous ai pas oubliés. Me revoilà bel et bien avec un nouvel article. Et après les enfants, c’est aux parents d’avoir la vedette dans ma thématique crèche

Sans plus tarder, laissez-moi vous présenter une liste (toujours non-exhaustive), des parents que l’on peut côtoyer lorsque l’on travaille dans la petite enfance.


      1. Les adorables : le niveau 1 du game quoi. Les parents à l’écoute, respectueux et souriants. Ceux qui vous font part de leurs observations pertinentes sur l’état de leur enfant et écoutent attentivement vos remarques et conseils. Ceux qui vous respectent, n’oublient pas que vous êtes des êtres humains également et vous remercient pour votre patience et votre bienveillance à l’égard de leur enfant. C’est aussi les premiers à venir chercher leur enfant quand vous les appelez et qui les gardent à la maison quand ils sont malades. Bref, c’est ceux qui vous donnent envie d’embrasser l’humanité. On aimerait bien qu’ils soient tous comme ça mais ce serait trop facile.

      2. Les silencieux : ils sont souriants et sympathiques mais parfois un peu invisibles. Ils vous écouteront toujours dans vos observations, remarques et conseils et les appliqueront sûrement à la maison. Mais leur timidité et leur réserve les empêchent d’être pleinement en confiance tout de suite. Il leur faudra du temps, pour parler et raconter plus.
        Votre mission sera de les mettre à l’aise, en confiance, pour qu’ils se sentent en sécurité et s’impliquent plus sans avoir l’air de paraître fragiles et vulnérables.

      3. Les parents poules : ceux pour qui la séparation est difficile. Difficile de laisser leur bébé d’amour à tous ces inconnus. De se séparer de la chair de leur chair. Les étapes du développement de l’enfant sont respectées mais vous pouvez sentir la difficulté de les voir grandir. Ils sont adorables et attachants. Ils vous écoutent attentivement, vous font confiance et sont enchantés de voir que leur enfant est cocooné. Ils vous sont reconnaissants de votre implication et de votre écoute.
        L’épreuve pour vous est de les accompagner sereinement dans tout ça. De les conseiller sans qu’ils se sentent jugés. De déterminer quand ils sont prêts à entendre vos observations et recommandations.

      4. Les grandes gueules : ceux qui parlent fort, à grand renfort de gros mots. Ceux qui peuvent menacer n’importe quel enfant (ou parent) qui osent embêter sa progéniture. Ils n’ont pas la langue dans leur poche et sont loin d’être silencieux mais ils sont adorables à leur façon. Il faut souvent canaliser un peu cette énergie débordante et rappeler que punaise, pétard et purée sont des mots bien plus adaptés que d’autres quand on est dans une crèche. Il faut souvent leur redire que non, on ne peut pas dire à un enfant qu’il est moche ou qu’il pleure trop. Et que non, ce n’est pas possible de souhaiter qu’un enfant s’étouffe parce qu’il a tiré les cheveux de leur bébé adoré. Mais honnêtement, une fois qu’on a rappelé tout ça, on peut bien se l’avouer, qu’est-ce qu’ils nous font rire pu…naise !

      5. Les p’tits malins : ils sont sympathiques et affables. Plutôt bons joueurs, ils vous écoutent et reconnaissent facilement leurs petits défauts. Ils ne sont pas méchants, ne mordent pas mais s’ils peuvent tricher un peu sans se faire remarquer, ils ne vont pas se gêner. C’est eux les étourdis qui oublient de ramener les affaires de la crèche qu’on leur prête. Les grapilleurs qui essayent d’amener leur enfant cinq minutes plus tôt, puis dix, puis quinze. Les filous qui vous laissent leur enfant alors qu’il est quand même un peu fatigué, tousse et a le nez qui coule. Mais par contre, ils restent réglos. Prenez-les sur le fait et ils répondent présents. Si vous les appelez dans la journée parce que leur enfant ne va pas bien, ils se débrouilleront toujours pour venir le chercher. Une petite remarque délicate et les voilà qui corrigent le tir. Les vêtements prêtés sont alors rendus aussitôt. Ce ne sont pas de mauvais bougres, juste des joueurs qui essayent de tricher un peu. Comme dit le proverbe « Tant que je gagne, je joue » mais sans abuser non plus. Ils surfent sur la limite et se rattrapent dès que vous faites les gros yeux. 

      6. Les réfractaires : ils peuvent être légèrement dépassés et ne savent plus trop quoi faire avec cet enfant qui leur en fait voir de toutes les couleurs. Ils sont fatigués, à bout de nerf et de patience. Ils entendent vos remarques et les admettent volontiers mais ont du mal à les prendre en considération et les appliquer à la maison. Ils essayent pourtant mais voudraient des changements dans la minute qui suit leur discussion avec vous. Ils ont peur du jugement et de la remise en question. Avec eux, les pincettes et la patience sont de mise. Parlez leur langage, montrez-leur que vous comprenez et ils seront rassurés.

      7. Les fuyants : leur enfant va toujours bien, a toujours bien mangé et bien dormi, est toujours au top de sa forme. Les transmissions avec eux sont expéditives. Ils sont capables de vous couper en plein milieu du récit de la journée par un « Allez, bonne soirée ! » très dynamique et enjoué. Ils vous regardent d’un air ébahi quand vous faites part de vos observations et vous prennent rarement au sérieux. Ils sont à la fois tricheurs et réfractaires et voudraient bien devenir des chefs mais sont un peu trop silencieux pour ça. Bref un joli combo qui mettra votre patience à rude épreuve.

      8. Les chefs : le big-boss des parents. Le dernier niveau du game. Les dominants qui sont à la crèche comme chez eux et essayent, tous les jours, d’imposer leurs propres règles. Ils veulent le beurre, l’argent du beurre, la crémière et si on peut ajouter le fromager et la vache laitière ils disent pas non. Ils vous amènent leur enfant malade, oublient de vous dire qu’il a eu de la fièvre et du Doliprane le matin même et jouent les innocents en permanence. Ils abusent à longueur de journée mais s’indignent quand les autres parents font pareil. L’hôpital qui se fout de la charité quoi. Et le respect de l’enfant, de son développement et ses rythmes de vie dans tout ça ? Ils sont pour, pareil pour la bienveillance ! Mais à la crèche. Chez eux c’est vraiment pas la même. Non pas qu’ils soient fatigués, légèrement agacés ou complètement dépassés. Ils essayent à peine.
        Généralement, c’est ceux qu’on a le plus envie de tuer. Bien sûr, on ne le fait pas, parce qu’on est des gens civilisés, respectueux et bienveillants. Mais parfois, on dirait pas non à une petite poupée vaudou de temps en temps.

      9. Les précieux : c’est eux, les adorables, les parents poules, les grandes gueules, les p’tits malins, les réfractaires, les fuyants, les chefs, ceux qu’on voit tous les matins et tous les soirs. Ceux qu’on apprend à connaître pour mieux les accompagner dans cette formidable aventure qu’est la parentalité. Parfois, souvent, ils abusent de notre patience, de notre générosité, de notre gentillesse, de notre réserve, de notre respect. Parfois ils tirent sur la corde, ils en font trop, ils dépassent les limites. 
        [Les parents qui amènent leur enfant à la crèche alors qu’ils ont la grippe, on vous voit et on vous dit pas bravo!]
        Mais ils sont aussi sympathiques et rigolos. Mignons dans leur façon d’aimer leurs enfants. Attachants quand ils tâtonnent, qu’ils essayent et parfois se plantent. 
        Ils me font rire, ne m’ont encore jamais fait pleurer. Grâce à eux, à leur reconnaissance et leur respect, je me sens utile et considérée. La confiance qu’ils mettent en nous est précieuse pour s’occuper correctement de leurs enfants. Ils peuvent nous agacer et nous faire sortir de nos gonds mais sans eux, notre métier n’aurait aucun sens. 

 


[Avertissement : comme la dernière fois, cet article est à prendre au second degré. Les parents et la parentalité ne peuvent se résumer à un mot ou comportement. Soyons toujours plus intelligents et rappelons-nous que les individus ne sont pas juste une étiquette mais le résultat d’une histoire complexe.]

Rendez-vous sur Hellocoton !

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :