Ciné-Séries,  Série

You, le thriller dérangeant

Coucou les petits chats, me revoilà en ce beau dimanche pluvieux pour vous parler de ma dernière série visionnée, j’ai nommé : You.


Un début de comédie romantique…

Les premières minutes (voire secondes suivant l’efficacité de votre sixième sens) font penser à une série type comédie romantique. Joe, libraire, tombe sous le charme de Beck, étudiante rêvant de devenir écrivaine. 

Au départ, on a donc l’impression que la série va explorer la relation naissante entre Joe et Beck.

Sauf que non, enfin si, mais pas que.


…qui vire au cauchemar !

Parce que Joe, il est beau, gentil, plutôt intelligent mais il est également obsessionnel. Du genre qui fait peur. A peine Beck est-elle sortie de sa librairie qu’il entame une enquête des plus approfondie sur sa personne. Joe veut tout savoir. Il espionne ses réseaux sociaux, la suit partout et développe une obsession vraiment problématique. Car il en est persuadé, entre eux c’est le coup de foudre et son devoir est maintenant de protéger la jeune et jolie Beck.

Exceptionnellement, je ne vais pas spoiler car You est de ces séries qui ne doivent l’être. Pour en apprécier pleinement la saveur, il faut la découvrir soit-même et non pas par l’intermédiaire de quelqu’un d’autre. 


Une réflexion pertinente sur la culture du viol

Pour faire simple, la culture du viol consiste à dire que les personnes (tout sexe et genre confondu) victimes de violences, en particulier sexuelles, ont quand même un peu cherché ce qui leur est arrivé (vêtements ou attitudes « vulgaires » ou « provocantes », bref vous voyez le topo).

Dans You, le point de vue adopté est principalement celui de Joe. Il est donc totalement subjectif et biaisé en fonction de ses propres avis/ressentis/croyances. Cet élément m’a personnellement mis dans une situation inconfortable.

Parce que bien souvent, tout est fait pour que l’on soit en accord avec lui. Sauf que non. On ne peut pas approuver ses méthodes. Parce que, spoiler alert, Joe est quand même un sacré psychopathe. Ce qu’il inflige à Beck (sans qu’elle soit forcément au courant) sous le prétexte qu’elle l’a aguiché, qu’elle ne cherche que ça, gnia gnia gnia, c’est typiquement la culture du viol.

Et c’est ce que j’ai trouvé intéressant dans cette série. Le déchirement entre l’envie de s’attacher à ce type, d’éprouver de la compréhension face à ses pensées et d’être en accord avec lui et en même temps, l’aversion totale pour ce qu’il fait et ce qu’il dit.


Le redoutable piège des personnages

Le pire dans cette série c’est les personnages. Attention, pire étant ici employé pour décrire une qualité essentielle de la série. Car les différentes personnes évoluant autour de Beck jouent un rôle essentiel dans l’attachement que l’on porte à Joe et sa cause.

Les amies de Beck sont des filles issues de familles aisées. Elles sont arrogantes, superficielles et l’on est plutôt désespéré de voir Beck traîner avec des engins pareils. Comme Joe, ça alors !

Le petit copain de Beck est un idiot, macho et flambeur qui ne respecte pas Joe et l’on préférerait qu’elle se débarrasse de lui. Comme Joe, tiens donc !

Enfin, la meilleure amie de Beck est une manipulatrice, très maligne mais qui ralentit les efforts de Joe pour conquérir le cœur de Beck. « Ne pourrait-elle pas laisser un peu d’air à son amie Beck ? » se surprend-on à penser ? Encore un point commun avec Joe, comme c’est étonnant !

Vous l’aurez compris, tout est fait pour nous piéger et nous amener à éprouver les mêmes choses que Joe, personnage central et tordu de la série. 


Une série qui fait polémique

En parcourant les articles traitant de la série, j’ai pu lire que la polémique principale était liée aux réactions qu’il y a eu face à cette série. Apparemment, bon nombre de personnes ont jugé que les méthodes de Joe ne sont pas l’oeuvre d’un fou mais plutôt d’un homme amoureux et romantique. Ce qui a notamment fait bondir au plafond Penn Badgley, l’interprète de Joe


Série approuvée

Vous l’aurez compris cher lecteur, je ne peux que vous conseiller cette série, qui permet de se confronter à ses propres réactions face à une situation typique de la culture du viol. 

Je vous encourage donc à aller découvrir les aventures de Beck et Joe mais je vous adresse tout de même une petite mise en garde : n’hésitez pas à prendre du recul et un petit temps de réflexion après chaque épisode !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire

Donnez votre avis ici !

%d blogueurs aiment cette page :